Soeurs de Saint-Joseph de Cluny
http://sj-cluny.org/Journee-internationale-pour-l-abolition-de-l-esclavage-2-decembre?lang=fr
      Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage 2 décembre

Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage 2 décembre

L’objectif de cette Journée est d’éradiquer les formes contemporaines d’esclavages telles que la traite d’êtres humains, l’exploitation sexuelle, le travail des enfants, les mariages forcés et le recrutement forcé d’enfants dans les conflits armés. (www.un.org Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage 2 décembre / La traite des êtres humains)


Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage / Faits et chiffres (www.un.org)

  • A un moment donné en 2016, 40,3 millions de personnes étaient victimes de l’esclavage moderne, dont 24,9 du travail forcé et 15,4 millions du mariage forcé.
  • Cela signifie qu’il y a 5,4 victimes d’esclavage moderne sur mille personnes dans le monde.
  • 1 victime sur 4 d’esclavage moderne est un enfant.
  • Sur les 24,9 millions de personnes réduites au travail forcé, 16 millions sont exploitées dans le secteur privé, comme le travail domestique, la construction ou l’agriculture ; 4,8 millions sont victimes d’exploitation sexuelle, et 4 millions sont astreintes à des travaux forcés imposés par les autorités publiques.
  • Les femmes et les filles sont disproportionnellement touchées par le travail forcé ; elles représentent 99% des victimes dans l’industrie du sexe, et 58% dans d’autres secteurs.

Les principales formes de l’esclavage moderne www.un.org

L’esclavage a évolué et s’est manifesté de différentes manières à travers l’histoire. Aujourd’hui, certains formes traditionnelles de l’esclavage demeurent, tandis que d’autres ont évolué.

Les organes des Nations Unies dédiés aux droits de l’homme ont démontré la persistence de formes anciennes d’esclavage, ancrées dans les croyances et les pratiques traditionnelles. Ces formes d’esclavage sont le résultat de discriminations contre les groupes les plus vulnérables au sein de sociétés, considérés comme appartenant à des castes inférieures, des minorités tribales ou encore les peuples autochtones.

Le travail forcé

Le travail forcé peut être défini comme un travail accompli contre son gré et sous la menace d’une peine quelconque. Cela renvoie à des situations dans lesquelles des personnes sont contraintes à travailler par le recours à la violence ou l’intimidation, ou par des moyens plus subtils tels que la manipulation de dettes, la rétention de papiers d’identité ou la menace de dénonciation aux autorités migratoires. En savoir plus sur le travail forcé

Le travail des enfants

Toutes les tâches exécutées par les enfants ou les adolescents ne tombent pas forcément sous la dénomination de travail des enfants qui lui doit être éliminé. Les tâches qui se limitent à aider les parents à la maison, dans l’entreprise familiale sous certaines conditions, gagner un peu d’argent de poche en dehors des heures de cours ou pendant les vacances scolaires ne sont pas considérées en tant que telles comme des tâches relevant du travail des enfants. Par contre, le concept « travail des enfants » regroupe l’ensemble des activités qui privent les enfants de leur enfance, de leur potentiel et de leur dignité, et nuisent à leur scolarité, santé, développement physique et mental. En savoir plus sur le travail des enfants

La traite d’êtres humains

Selon le Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, l’expression « traite des personnes » désigne le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil de personnes, par la menace de recours ou le recours à la force ou à d’autres formes de contrainte, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité, ou par l’offre ou l’acceptation de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre aux fins d’exploitation. L’exploitation comprend, au minimum, l’exploitation de la prostitution d’autrui ou d’autres formes d’exploitation sexuelle, le travail ou les services forcés, l’esclavage ou les pratiques analogues à l’esclavage, la servitude ou le prélèvement d’organes.

Sœurs de St. Joseph de Cluny

Le charisme de libération de la Bienheureuse Anne-Marie Javouhey appelle les Sœurs de Saint Joseph de Cluny à considérer ces situations inhumaines … aussi :

La Congrégation des Sœurs de Saint Joseph de Cluny s’engage à lutter contre les différentes formes d’esclavage dans notre monde en travaillant à la promotion de la dignité de chaque personne. (Orientations du chapitre 2012)

Voir :
Sœurs de St. Joseph de Cluny : Esclavage moderne
Anne-Marie Javouhey : Route des abolitions de l’esclavage

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Site du Vatican

Nouvelles du Vatican

Union des Supérieures majeures

Vie religieuse CORREF

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Provinces