Soeurs de Saint-Joseph de Cluny
http://sj-cluny.org/Des-soeurs-parlent-des-inondations-a-Pozo-Colorado-au-Paraguay
      Des sœurs parlent des inondations à Pozo Colorado, au Paraguay

Des sœurs parlent des inondations à Pozo Colorado, au Paraguay

Des sœurs de St Joseph de Cluny de Pozo Colorado, au Paraguay, partagent avec nous leur expérience des inondations qui ont envahi notre école.


Pozo Colorado, 8 mai 2019

La Sainte Volonté de Dieu

Mes chères Sœurs,

Je vous salue cordialement. Nous sommes sûres que vous serez au courant de cette situation difficile que nous traversons : les inondations, en raison des fortes pluies qui ont frappé tout le Chaco depuis les mois de mars, avril et pendant les derniers jours et qui continueront à être enregistrées, selon les prévisions.

Dimanche 5 mai à l’aube, les eaux ont commencé à s’infiltrer très rapidement dans toute l’école ainsi que dans tout l’internat des enfants, en inondant tout. Frère Aníbal Caballero, directeur de l’institution, a parlé à Radio Pai Puku pour informer les parents de la situation et les inviter à se rendre à l’école dès que possible pour chercher leurs enfants. Heureusement, ce jour-là, 220 enfants à peu près, ont pu sortir sans difficultés majeures.
Dimanche après-midi, il ne restait que 61 élèves. Le niveau de l’eau continuait de monter, la préoccupation et l’angoisse ont saisi ces enfants. Les sœurs, les enseignants, les éducateurs/trices étaient là, tout proches des enfants pour les retenir.

Frère Anibal et tous les fonctionnaires de l’école et les soldats des forces armées ont travaillé sans relâche pour tenter d’ouvrir la voie interne de la route Trans Chaco à l’école, afin que les eaux circulent plus rapidement et qu’on puisse empêcher la rupture du mur de soutènement qui longe une partie du lieu. Ils ont coupé la voie principale, cette action a isolé l’école, mais c’était la seule façon de sortir du terrible danger. À partir de ce moment-là, les enfants restants ont été enlevés en marchant à travers la masse d’eau qui couvrait leurs genoux et les plus petits sont portés pour pouvoir traverser le courant.
Lundi 6 mai, d’autres parents ont pu se rendre à l’école pour chercher leurs enfants. Ce jour-là, sont sortis 20 enfants. Mardi encore, mais l’absence de route aggrave la situation. À présent, il reste encore 12 enfants, et on pense que leurs familles viendront les chercher au cours de la journée.

Dieu merci, ça va bien pour les sœurs. Nous soutenons les unes les autres et on fait ce qui est humainement possible. Le pensionnat des filles et notre maison sont plus haut et l’eau n’est pas entrée pour le moment, mais nous sommes entourées : hier, l’eau a commencé à entrer dans notre cour arrière, mais elle est restée là…

Malheureusement, la situation est similaire dans presque tout le Chaco, avec beaucoup d’eau, des routes impraticables, des animaux noyés, des récoltes perdues...

Nous espérons que le temps s’améliorera dans les prochains jours et que les eaux diminueront, mais il faudra un mois ou plus pour que l’établissement soit en état de recevoir à nouveau les enfants.

On est certain que notre bon père Saint Joseph, la Sainte Vierge de Caacupé, notre Bienheureuse Mère et la Bienheureuse Chiquitunga nous protégeront de tout danger et de tout mal. Nous comptons sur la prière de toutes les Sœurs de la Congrégation.

Unies dans la prière, je vous embrasse,

Sr María Esther Ortiz Florentín

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Site du Vatican

Nouvelles du Vatican

Union des Supérieures majeures

Vie religieuse CORREF

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Provinces